Slimane Azem vu par Marie VIROLLE (CNRS)

Slimane Azem est un grand poète, dont la production s’est imposée dès les années 50. Slimane Azem est né en 1918 à Agouni Gueghrane où il passe toute sa jeunesse. Il va à l’école française pendant quatre ans. A 19 ans, il se rend en France. Il est prisonnier en Allemagne pendant la deuxième guerre mondiale. C’est donc après la guerre qu’il mène la vie précaire des émigrés, de plus en plus nombreux, et qu’il commence à composer des poèmes chantés sur le déracinement, le choc culturel, les malheurs des temps. En 1956, il rend publique une chanson anti-coloniale, “Criquet, sors de ma terre” (ffegh ay ajrad tamurt-iw), qui lui vaut des ennuis avec la police. Il compose aussi une complainte sur les malheurs de la guerre qui ravage l’Algérie (A rebbi lmudebber “O Dieu, le clairvoyant !”). “Des rivalités de clans, écrit Mohand U Yahia, interdisent à Slimane Azem qui est de coeur avec la lutte pour l’indépendance de son pays, et il l’a prouvé, d’être partie prenante dans les évènements qui se déroulent sous ses yeux”. Son engagement éclate dans la chanson idher ed waggur “Le croissant enfin paraît” dont les derniers vers attestent d’une distance critique : “Notre voeu est qu’il aille droit / C’est ce que nous lui souhaitons / Alors même nous, nous participerons à sa joie”. Le nouvel Etat montre son autoritarisme, et Slimane Azem, qui vit en France, dénonce en termes allusifs l’injustice et l’ambition. Ses disques sont interdits en Algérie. La radio ne passe pas ses chansons. Mais son public reste vaste, fidèle et attentif à ses productions. La censure n’entame pas sa notoriété et, en 1970, il a été “disque d’or de la chanson”. Sa voix vive s'est éteinte en 1983 sans cesser de résonner.

MARIE VIROLLE

Slimane AZEM vu par Muhend U Yahia & Matoub Lounes

Bac akken ad the?red af Sliman Sazem, iwear. Tufam-iyi-d kukra? citu?. Tura nekkini dagi ad ini? kan ayen wala?, ayen sna?. Teqqime? deg wayen ni?en, d netta s timmad-is ara t id yinin albae? n wussan. Yerna at-id-yini xir n wakken ara-tid-ini? nekkini.
Sliman Sazem, sna?-t am akken it snen akw medden. Sme?sis?-as seg asmi me??iya?, sli? i medden akw heddren fell-as. Yu?al as-mi id zeggra? ar dagi, ar Fransa, nuda? anda ara te?ra?. R?i? aqaru-w yis macci d kra. A?as i?ef it steqsa?, a?as i-yi-d yera. Albae? n wussan a sent-id ieiwed akw yiwet yiwet.
Tura amek it sne? ?
Sliman Sazem yebda yett?eni, isuffu?ed i?ebsiyen, itt-eaday-ed di radyu uqbel ad lala? ar ddunit. Cfi?, hedder?-awen uqbel lgirra-nni, amek id saedayen i?ebsiyen-is di leqhawi.
Cfi? asmi id yusa ar Iee??ugen, innad ruha?-en sin iberdan, 1953 akw d 1954-nni, ?enna? dina, l?aci dayen akk ur-t-ttamne?-ara id yusan a te?ren.
Acu i wumi cfi? di?en, ma a?as ad seu? xems snin gg-weswae-nni, tagi ttam?art n yemma akkagi deg wexxam txeddem ce?wl-is af yiman-s t-ttawid wehdes wehdes :
A rebbi kecc d ameawen, aqla? nu?en, efka?-d ddwa, tsehlu? mara ulawen, tekkfu? fell-a? l?werba,
Maci snat, macci tlata, qwant fell-a? tlufa, macci dayen ara-d-ne?kku....
A-tt-weh?e? sidi rebbi lealamin amek argaz-agi, amek yu?al... yisem-is, ta?ect-is, leh?ur-is, snitra-ni ines, amek u?alen aezizit af leqbayel.
Niqal d leib akw win yett?enin, netta sme?sisen-as gg-wexxam : am?ar, win me??iyen, argaz, tame?ut... win islan i ta?ect-is amzun yecca yeswa. Win ikkren ar waye? yenna-yas : "am akken is yenna Sliman Sazem...."
Asmi i?enna "Effe? a yajrad tamurt-iw", sli? i imeqwranen mi heddren qqaren-as : "Sliman Sazem wwint ar l?ebs... Sliman Sazem wwint ar lhebs... Ay?er ? Isuf?ed ta?ect anda is yeqqar : eff? a yajrad tamurt-iw. Anwi i d ajrad ? D irumiyen. Tura wwint ar lhebs...." Iqqim ac?al ula wi yeslan yis.
Lggira tekker macci d aqesser. Asmi yu?al inulfad, itt-awid tin-akken is yeqqar :
"A Rebbi lmudeber,
sefd-ana? ime?awen,
ay a?nin, aya jebbar,
r?em wigad yemmuten,
azned lehna akw d ssber,
i wigad id yeqqimen...
Ttu? ayen yellan d asefru,
ttu? ayen yellan d lem?ayen,
d ul-iw ig jer?en yettru,
?ef le?bab yemmuten,
ur uffi? ddwa ?ellu,
ur-iyi nfeen ime?awen...
Ma yettru w-ul d amejru?,
?urwen akw lexbar ayen,
yemmut wem?ar d umec?u?,
bb?ir lajel i ru?en...
Tasa-w te?req ar daxel,
af lhem yekkren di leama,
wa yemmut ?ef lbatel,
wa s ??ur akw d cckama...
Te?l-id fell-a? lhiba,
sbe? tameddit nu?en,
lwe?c yu?al d tlaba,
lxuf yezda? deg wulawen...
Ferqen le?bab d watmaten,
kul yiwen ixeddem rray-is,
yekker leqtil garasen,
ur yaeqil ?ed ax?im-is...
earqen a? le?bab d yaedawen,
naeweq wa ara d nesteqsi,
tceal tmes deg wulawen,
la n-ttraggu, tugwi att-xsi..."
Slimane Azem vu par Nagui
Slimane Azem vu par Bedrane Hocine (Lhocine Nath Maamar)
Slimane Azem vu par ADIL Slimane

"Quand je suis reparti en France en 1968, j’ai rencontré Dda Slimane que je connaissais auparavant. J’assistais à toutes les fêtes qu’il animait dans les cafés ou ailleurs. Peuadil slimane à peu, je devins membre de l’académie berbère grâce à Farid Ali. Dda Slimane était le premier artiste à avoir organisé des galas en France au profit de l’académie berbère. Je dirais que ses chansons sont conjuguées à tous les temps parce qu’elles sont valables toujours et en tout temps. Il était un grand philosophe et en même temps un fabuliste tout comme Jean de la Fontaine. Et il y avait beaucoup d’artistes dont Farid Ali, Slimane Azem et bien d’autres. Il me parlait toujours de l’exil et il a été touché en plein cœur. Il a été condamné pour rien. C’est une étiquette qu’on lui a collé. C’est un révolutionnaire et personne ne peut lui enlever cette qualité. Il l’a démontré même à travers ses chansons. Qui n’a pas écouté ‘Afagh ay jrad thamurtiw’ ? C’est une chanson qui lui a valu beaucoup de problèmes avec l’armée coloniale. Il n’était pas un traître. Et que ceux qui le taxent ainsi viennent et donnent des preuves. Sinon, qu’ils se taisent ! Un jour ou l’autre, cette condamnation sera levée et Dda Slimane sera réhabilité. Nous continuerons notre combat jusqu’à ce que la vérité éclate parce que ce grand homme ne restera pas banni même dans sa tombe. Et nous attendons de pied ferme tous ses détracteurs. Nous sommes sûrs que cette vérité va éclater."

Slimane Azem vu par l'ENTV
Slimane Azem vu par Rachid Merabet (film)