Slimane Azem

Slimane Azem

Slimane   Azem   est   un   grand   poète,   dont   la   production   s’est   imposée   dès les années 50.

 
Slimane Azem   est   né   en   1918   à   Agouni   Gueghrane   où   il   passe   toute   sa jeunesse.   Il   va   à   l’école   française   pendant   quatre   ans.   A   19   ans,   il   se   rend en   France.   Il   est   prisonnier   en   Allemagne   pendant   la   deuxième   guerre mondiale.    C’est    donc    après    la    guerre    qu’il    mène    la    vie    précaire    des émigrés,   de   plus   en   plus   nombreux,   et   qu’il   commence   à   composer   des poèmes   chantés   sur   le   déracinement,   le   choc   culturel,   les   malheurs   des temps.   En   1956,   il   rend   publique   une   chanson   anti-coloniale,   “Criquet, sors   de   ma   terre”   (ffegh   ay   ajrad   tamurt-iw),   qui   lui   vaut   des   ennuis   avec la   police.   Il   compose   aussi   une   complainte   sur   les   malheurs   de   la   guerre qui   ravage   l’Algérie   (A   rebbi   lmudebber   “O   Dieu,   le   clairvoyant   !”).   “Des rivalités   de   clans,   écrit   Mohand   U   Yahia,   interdisent   à   Slimane   Azem   qui est   de   coeur   avec   la   lutte   pour   l’indépendance   de   son   pays,   et   il   l’a prouvé,   d’être   partie   prenante   dans   les   évènements   qui   se   déroulent sous   ses   yeux”.   Son   engagement   éclate   dans   la   chanson   idher   ed   waggur “Le   croissant   enfin   paraît”   dont   les   derniers   vers   attestent   d’une   distance critique    :    “Notre    voeu    est    qu’il    aille    droit    /    C’est    ce    que    nous    lui souhaitons   /   Alors   même   nous,   nous   participerons   à   sa   joie”.   Le   nouvel Etat    montre    son    autoritarisme,    et    Slimane    Azem,    qui    vit    en    France, dénonce    en    termes    allusifs    l’injustice    et    l’ambition.    Ses    disques    sont interdits   en   Algérie.   La   radio   ne   passe   pas   ses   chansons.   Mais   son   public reste   vaste,   fidèle   et   attentif   à   ses   productions.   La   censure   n’entame   pas sa   notoriété   et,   en   1970,   il   a   été   “disque   d’or   de   la   chanson”.   Sa   voix   vive s'est éteinte en 1983 sans cesser de résonner.
Marie VIROLLE(CNRS)
 
Downloadhttp://bigtheme.net/joomla Joomla Templates